Mission de l’ADTCCF

La thérapie de couple est plus difficile à pratiquer que la thérapie individuelle, elle demande une formation TCC initiale, des compétences authentiques et des techniques selon des connaissances précises reliées aux contextes des groupes familiaux ; le thérapeute doit avoir en plus des qualités personnelles particulières et être très engagé dans ces processus.

Les thérapeutes individuels sont en permanence confrontés à l’implication à distance du partenaire, de la famille. S’ils focalisent sur des cas diagnostics DSM, il sera très intéressant pour eux de comprendre les dynamiques familiales et d’aborder ces techniques différentes car élaborées à partir de contextes interactifs et des renforçateurs relationnels spécifiques.

LA MISSION DE l’ADTCCF

Nous désirons faciliter un accès démocratique à nos formations afin qu’il n’y ait pas une sélection pour les usagers. Ils auront l’assurance que les praticiens qu’ils consulteront et qui aurons suivi nos ateliers ont été à même de bénéficier des possibilités décrites. Nous sommes ouverts aux échanges et à la collaboration avec d’autres courants, si leurs buts n’est pas contraire aux nôtres et s’ils respectent la déontologie nécessaire à tout exercice de la Psychothérapie, et une éthique propre à la sensibilité, aux ressources et aux souffrances des différents sous groupes familiaux, respectant les différences et les principes de l’acceptation et de la tolérance.

Notre action bénévole s’est initialement inscrite dans le courant dit de… la troisième vague des Thérapies Cognitives et Comportementales Nous reprenons l’éthique l’humanisme, les bases empirique et pragmatique, de ce qui caractérise le « Behaviorisme  Radical ». Nous considérons les approches comportementales ou cognitives non-contraires, et comme entièrement compatibles, complémentaires et bénéfiques, intégrables : Les Vagues TCC successives se suivent et se cumulent !

Notre pluralisme s’affirme par la participation des nombreux psychothérapeutes cognitivistes aux coté des therapeutes behavioristes. Tous ont diversement travaillé  à la mise en œuvre de pratiques spécifiques ou de formations comportementalistes et cognitivistes spécifiques.

Nous adoptons la position du « Contextualisme Fonctionnel », une permanente interaction entre la clinique et la recherche fondamentale non génératrice de vérités absolues.

C’est d’ailleurs sur les conseils d’un de ses plus éminents représentants, Phd Andrew Christensen Université de Los Angeles, que nous nous sommes constitués pour pouvoir enclencher ce changement.